Davantage prisé par les organisateurs d’événementsl’hologramme 3D gagne à ce jour en autorité et on le retrouve fréquemment lors des plus grandes occasions. Concerts, expositions, conférences, salons, rencontres entre entreprises et clients, etc. Tous les types d’événements peuvent user de la technologie de l’hologramme 3D. Cependant, il est essentiel de la maîtriser parfaitement pour proposer un rendu à la hauteur de vos objectifs. Une parfaite gestion, tant sur le fonctionnement qu’en matière de mise en œuvre, vous évitera les échecs et erreurs impardonnables.

Conscient de la complexité du système, nous avons décidé d’apporter à travers ce guide des informations en amont de son fonctionnement et en aval, les astuces pour réussir un bel affichage en hologramme 3D.

Hologramme 3D : de quoi s’agit-il ?

À l’ère où la technologie ne cesse d’apporter des innovations auparavant impossibles à notre quotidien, le domaine du support visuel se voit à ce jour amplement réintégrer. Le changement commence par la qualité des images retranscrites sur nos écrans ainsi que les photos prises sur les caméras et appareils photo qui s’avèrent plus performants. Toutefois, une technologie fait actuellement fureur ! En effet, depuis l’apparition de l’hologramme, les individus ne jurent que par cette nouvelle technique d’affichage. L’objectif principal des initiateurs est de surprendre les clients ou les spectateurs.

Issu de l’association de deux noms grecs « holos » et « gramma » qui signifient respectivement entier et écriture. Selon la définition littéraire, le mot  » hologramme  » aurait comme sens logique « écriture en entier » qui désigne un système d’affichage complet en volume d’un élément déterminé. Si l’on se réfère à la science actuelle et les évolutions apportées dans le domaine, il s’agit donc d’une technique de projection issue d’une holographie. Les termes peuvent sembler complexes cependant le processus est simple.

La technique se traduit ainsi par une photographie en volume qui met en avant les 3 dimensions d’un objet et le résultat sera ensuite restitué en image statique ou animée. En d’autres mots, un projecteur hologramme 3D se définit donc comme un transfert tridimensionnel d’une cible définie (objet, image, personnage …).

Un concept aux mille avantages d’usage

Si l’idée principale du concept provient de l’écrivain visionnaire Jules Verne, ce n’est qu’en 1970 que la technique holographique proprement dite a été perfectionnée. L’apparition du laser a en effet pu changer le cours des choses et pousser à la réalisation d’une telle innovation. Ainsi, le système de mise en place s’est avéré simplifié. L’hologramme enregistre le parcours de la lumière, d’où un excellent réalisme de la mise en avant de l’objet sous 3 dimensions.

Pour un usage optimal, il sera avant tout nécessaire de créer des interférences sur la lumière réfléchie et l’image à retransmettre. Lorsque la lumière passe par une plaque photographique, le faisceau du laser se divise instantanément en 2 sources. L’une des sources se voit directement envoyée à travers la plaque et l’autre faisceau passe par l’élément à holographier. L’association de ces 2 parties bien distinctes produira des images 3D sur la plaque photographique.

Pour les hologrammes 3D scéniques, l’élément à retranscrire est enregistré à l’avance. Une fois tous les essentiels à la bonne réalisation bien mis en place, la lumière sera diffusée sur un support quelconque (rideau de scène, vitrine, etc.). Cette base retransmettra elle-même la lumière envoyée et seul ce faisceau poursuivra son chemin vers un environnement plat qui illuminera à son tour toute la scène.

Afin de créer un effet réel, la lumière transmise sur le support quelconque sera éclairée à travers une autre source lumineuse. Ce faisceau externe s’incorporera à travers les interstices de l’hologramme et créera des ondes. L’association de ces ondes octroiera par la suite un effet 3D pour les spectateurs de l’hologramme.

Les différentes méthodes de projection

Outre l’usage de la vitrine holographique 3D, il existe à ce jour d’autres méthodes qui permettent de jouir d’une projection en hologramme 3D réussie. Il s’agit des types de projecteurs d’hologrammes 3D suivants :

  • La pyramide holographique qui à travers ces 4 faces bien distinctes permet de visualiser un objet bien défini sur 360 degrés. Contrairement à la méthode de la plaque qui offre une projection tridimensionnelle, cette technique de la pyramide octroie aux spectateurs une vision différente de l’image en fonction de son emplacement. De plus, il est possible de créer sa propre pyramide holographique selon ses besoins.
  • Hélices holographiques qui offrent une projection à 160 degrés de l’objet cible animé ou non. Ces appareils sont disponibles dans un large éventail de dimensions et de fonctionnalités. Ils peuvent également être portables. Ces dispositifs connaissent à ce jour un grand apogée auprès des enseignes qui participent fréquemment à des salons et foires. Ainsi, pour les entreprises en quête d’une bonne technique de communication et marketing, cette méthode est celle recommandée pour jouir d’une visibilité étendue.